Rendez-vous à Saint malo le 18 octobre pour soutenir Marine et sa famille!

Publié le par Pedocriminalité à Saint Malo

Nous vous tenons au courant des dernières évolutions concernant la petite Marine, cette enfant obligée par la « Justice » à vivre avec sa mère, qui laisse son père et son frère abuser d’elle. On vous a parlé de cette audience déplorable du 28 août, qui a montré à quel niveau se situe la Justice malouine. Déplorable était aussi le qualificatif adéquat pour les retranscriptions du procès dans la « presse » locale. Venez le 18 octobre à Saint Malo pour tenter de déjouer une nouvelle parodie de justice !

 

L’acharnement contre Pierre, le papa de Marine, dure depuis le jour où sa fille lui a dit pour la première fois qu’elle a été violée par son oncle, qu’on appelle Guy et qui a 23 ou 24 ans aujourd’hui.

On vous a raconté la mise en scène habituelle : Pierre était convoqué pour le non paiement d’une pension qu’on n’aurait jamais du lui demander de verser au vu de ses revenus (RSA), et bien qu’il ait déjà été relaxé pour cela, une nouvelle procédure a été introduite au même endroit et pour les mêmes raisons par son ex, la mère de Marine.  Pierre a déjà justifié à moult reprises qu’il n’avait pas les moyens de verser 150€ mensuels, d’autant que son ex touchait la CAF en remplacement de ladite pension.

Pierre a donc été jugé deux fois pour les mêmes faits, mais inutile d’espérer aller en cassation, tous ses recours sont systématiquement rejetés.

Sachez tout de même que Pierre, toujours au RSA parce que son beau père, qui abuse de sa fille, fait tout pour qu’il ne trouve pas de boulot, a le droit à l’aide juridique intégrale. Le président du tribunal n’a qu’à regarder le « gros dossier vert », dixit l’avocat de Pierre, qui était posé sur son pupitre, et il aura tous les justificatifs, probablement en trois exemplaires.

Mais ce qui nous occupe aujourd’hui est autrement plus grave : la grand-mère de Marine, qui a écouté sa petite fille la première et l’a emmenée chez un médecin qui a signalé les faits, est aujourd’hui poursuivie pour dénonciation calomnieuse.

Encore une procédure abusive, mais dans cette affaire, on n’est pas à cela près depuis huit ans. D’ailleurs, Alice a reçu sa convocation le lendemain du procès de Pierre, le 29 août. Encore un hasard du calendrier. Comme toutes ces fois, la veille d’audiences, où la voiture de Pierre a été sabotée au point de manquer de le tuer (à trois reprises), ou quand sa compagne a été arrêtée par trois types cagoulés avec une matraque, qui l’ont menacée en pleine nuit. Précisons que la plaque d’immatriculation était celle d’un ami de Guy, mais cela n’a manifestement pas perturbé la « Justice » de Saint Malo.

 

La dénonciation calomnieuse, nouvelle procédure bidon

Il y a cependant quelques gros problèmes pour cette procédure de dénonciation calomnieuse contre Alice:

1.      La grand-mère n’a jamais signalé les faits, c’est le médecin traitant de la petite, choqué, qui s’en est chargé.

2.      En admettant qu’on puisse la poursuivre, comment aurait-elle pu savoir que les faits dénoncés par Marine étaient faux au moment où on dit qu’elle aurait fait ce signalement, c’est-à-dire en mai 2006, au tout début de l’affaire ?

3.      Un juge a dit en 2009 à la grand-mère qu’il n’y avait rien dans ce dossier, et envoyait un an plus tard un avis selon lequel il n’y avait pas lieu de poursuivre.

4.      Une première plainte pour dénonciation calomnieuse a été déposée à Dinan en 2006. Le juge a donc estimé qu’il n’y avait pas lieu de poursuivre, par courrier envoyé en 2010. Mais en juin 2010, la clique (mère de Marine, Guy et leur père) portent à nouveau plainte pour les mêmes raisons, mais à Saint Malo puisque la réforme de la carte judiciaire vient de tomber.

5.      En mai 2011, Alice est mise en examen pour dénonciation calomnieuse alors que les faits dénoncés par Marine n’ont toujours pas été jugés (et toujours pas aujourd’hui). Question : comment peut-on alors affirmer qu’il s’agit d’une dénonciation calomnieuse ?

Bref, on le voit, la « Justice » (je devrais mettre encore plus de guillemets d’ailleurs, parce qu’il s’agit d’une hyperbole) de St Malo marche sur la tête.

Et ce ne sont là que les derniers épisodes. Pour le reste, vous pouvez vous référer à l’article intitulé « Saint Malo : une enfant privée de sa famille pour avoir dénoncé son oncle pédo » au début du blog.

Jusqu’à quand ce délire va-t-il durer ?

Et si vous vous demandez pourquoi les choses se passent ainsi, on peut vous donner quelques éléments :

-         Le grand-père de Marine et son avocat, également ex bâtonnier, sont amis. Cet avocat était aussi le président du Lion’s Club, qui a financé l’association qui gérait le point rencontre de Pierre avec Marine. Association dont le dirigeant a décidé unilatéralement de suspendre les droits de visite de Pierre parce qu’il aurait pris des « photos corporelles » de Marine alors qu’elle dessinait dans la salle de ce point rencontre. Le monde est petit.

-         Le grand père de Marine est expert maritime auprès des tribunaux, un des plus mauvais de la place semble-t-il.

-         Le grand-père de Marine a beaucoup voyagé, de Singapour à Madère…

-         Le président du tribunal s’est permis de dire à Pierre qui n’a plus de nouvelles de sa fille depuis mars 2009, « elle est jolie Marine, c’est une très jolie petite fille, je la vois tous les jours moi ».

-         En six ans, Alice et Pierre en sont à leur 11e avocat. Aucun ne veut prendre leur affaire, ou quand ils le font, ils ne viennent pas à l’audience, ne réclament pas le dossier, voir jouent carrément contre Pierre.

On continuera l’inventaire plus tard, nous avons de quoi faire !

Nous lançons un appel à nous rejoindre à Saint Malo le 18 octobre, date du procès d’Alice pour la dénonciation calomnieuse.

Nous serons là pour soutenir Alice et Pierre, mais surtout pour faire entendre la parole de Marine, cette enfant qui n’a plus le droit de voir son père depuis plus de trois ans.

Ce sera aussi l’occasion de se rencontrer. Des familles dans le même cas se présentent aussi, et nous pouvons ainsi nous mettre en contact. Petit à petit, chacun sort de son isolement, et bientôt nous pourrons faire entendre ces enfants forcés au silence et aux violences.

 

 

 

 

Commenter cet article